Témoignages

Ces quelques témoignages indiquent à souhait l’étendue du savoir d’at-Thaâlibî autant que l’immense respect dans lequel le tenaient tous ceux qui ont eu le privilège de l’approcher :

« Le compagnon, le plus noble juriste, Abû Zayd Abderrahmane Ibn Mohammed à la noble lignée ».

Cheikh Mohammed Ibn Khalf al-Ubayy de Tunis (m. 1423)

 « Sidi le vénérable Cheikh, le noble théologien, le respectable associé, le traditionaliste, le juste nomade, le saint-hadj béni et accompli ; Abderrahmane at-Thaâlibi ».

Cheikh Ibn Marzûk al-Hafîd de Tlemcen (m. 1423)

 « Le Saint-Cheikh, le noble accompli, le chercheur de vérité et le grand voyageur, Abû Zayd Ibn Makhlouf at-Thaâlibi que Dieu en fasse bénéficier nos semblables! ».

Cheikh Wali Eddîn al-‘Iraqî d’Egypte (m. 1422)

  « Abdurrahmane Ibn Mohammed Makhlûf al-Thaâlibî al-Djazâ’irî al-Maghribî al-Mâlikî fut l’un des disciples d’Abû al-Qâsim al-‘Îdûnî, d’Ibn Marzûq, d’al-Burzulî et d’al-Ghabrînî ; il effectua le pèlerinage de la Mecque et s’initia auprès de Wali Eddine al-‘Irâqî. Il fut un imam savant et un grand auteur. »

Cheikh Chemsuddine al-Sakhâwî d’Egypte (m. 1496)

« Notre maître était un saint théologien ; il avait pour habitude de toujours vérifier l’authenticité des sources qu’il rapportait ».

Cheikh Ahmed Zerrûq (m. 1493 en Lybie)

« Nous nous trouvions un jour en compagnie de Sidi Abderrahmane at-Thaâlibî ; il portait un habit blanc, et sur sa tête un turban large qui lui arrivait jusqu’au dos. Notre maître se tint debout sur une estrade, tandis que nous nous trouvions en dessous. Je me suis mis à observer ses pieds ; je vis alors un habit de laine collé à sa chaire. Je fus surpris par son ascétisme qu’Allah l’agrée ! Il laissa le froc collé à sa peau, tandis que le vêtement blanc le couvrait par dessus ; ainsi, quiconque le voyait pensait qu’avec ce vêtement blanc il était au nombre des gens du bas monde, alors même qu’il en était tout autrement. »

L’Imam Abdullah al-Sunûsî (m. 1491 à Tlemcen)

« Notre maître at-Thaâlibi était un homme bon, un ascète, un savant et un saint. Il est l’auteur d’un énorme ouvrage, Al djawâfir al-Hisân (Les joyaux éclatants) ; Il m’en offrit une copie inestimable et cela sans rien me demander en contrepartie ; que Dieu lui donne le Paradis en échange ! »

Cheikh Ibn Salâma al-Biskirî (m. 1456 à Alger)

« Le cheikh-imam, l’argument-religieux et le travailleur-ascète, saint-homme d’Allah, pieux-conseiller, le connaissant d’Allah, Abû Zayd connu sous le nom d’at-Thaâlibî. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages utiles, il fut l’un des saints de Dieu ayant renoncé au bas monde et à ses gens. Il fut l’un des meilleurs serviteurs  d’Allah […] tout le monde s’accorde sur sa piété et sa direction spirituelle. Nombreux sont parmi ses maîtres à en avoir vanté le savoir, la religiosité et la piété. »

Ahmed Ibn Bâba al-Tanbakî (m. 1622)    

« at-Thaâlibî était un imam, un scribe et un savant. »

Cheikh Mohammed Abderrahmane Ibn al-ghazzî (m. 1718 à Damas)

« Abû Zayd Abderahmane Ibn Mohammed Makhlûf at-Thaâlibî al-Djazâ’irî, l’imam, le savant parmi les savants, juriste, exégèse, chroniqueur, doyen, commentateur, saint, le connaissant Allah parvenu à la Vérité. Plusieurs savants en ont vanté le savoir et la piété ; il s’initia auprès de plusieurs imams d’Orient et d’Occident et fut l’auteur de nombreux ouvrages. »

Mohammed Makhlûf al-Djazâ’irî (m. 1936 à Alger)

« Tout le monde s’accorde pour reconnaître la piété et la direction spirituelle d’at-Thaâlibî. »

Abû al-Qâsim Mohammed al-Hafnâoui (m. 1943)